Rencontre avec Mathieu Deschamps, agriculteur et exploitant d’un site de méthanisation à Cléville en Seine-Maritime.
12 juin 2018


Il y a tout juste 3 mois, Emmanuel Macron recevait à l’Elysée 1000 jeunes agriculteurs pour détailler le plan d’investissement de 5 milliards d’euros en faveur de l’agriculture. Une partie de ce plan se verra être sous la forme d’un fond de prêts de 100 millions d’euros dédié à la méthanisation.

La méthanisation, technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique, permet de créer du gaz utilisé pour produire de la chaleur et de l’électricité. Elle offre la possibilité aux professionnels de développer leur activité et de s’assurer un revenu complémentaire.

© ADEME


La SCEA DU MONT AUX ROUX s’est intéressée à la méthanisation parce qu’elle a toujours été attirée par les projets innovants. Exploitante d’un atelier porcin de 850 truies naisseur-engraisseur, elle avait un déchet à traiter : « le lisier » et elle avait un besoin de chaleur pour chauffer ses bâtiments d’élevage. Par ailleurs, il s’agissait d’une diversification de revenus.

Il aura fallu 3 ans aux associés pour monter le projet, obtenir les autorisations nécessaires et construire l’installation. En 2011, fortement intéressé par les énergies renouvelables et la technicité du métier, Mathieu Deschamps, ingénieur de formation a rejoint les associés de la SCEA pour prendre la responsabilité de cette nouvelle activité.

L’unité de méthanisation sert donc à produire de l’électricité. Les 900kW produits par heure sont directement revendus à EDF et permettent ainsi d’approvisionner la consommation annuelle de 2500 habitants.

« Une fois l’électricité produite et la digestion effectuée dans nos cuves, nous utilisons la matière restante comme engrais. » précise Mathieu Deschamps. C’est donc en juillet 2016 qu’il fait l’acquisition de FLEXIDRY. « Au début, pour faire nos mélanges, nous utilisions différentes matières comme le lisier de nos porcs, le sirop de sucre, des graisses alimentaires, de la poussière de céréales etc. Mais j’avais besoin de rajouter de la matière organique. J’ai donc décidé de m’équiper d’un déconditionneur. » explique-t-il. « Le choix s’est tourné vers FLEXIDRY parce que je savais qu’il déconditionnait sans broyer les déchets et je m’assurais donc une soupe organique de qualité pour ma production. » ajoute-t-il. Aujourd’hui avec FLEXIDRY, Mathieu Deschamps déconditionne majoritairement des produits laitiers, du café et des fruits. Tous étant des invendus ou impropres à la consommation. « Choisir nos déchets, c’est donc faire un choix écologique pour nos terres ».

Les conseils de Mathieu Deschamps pour réussir son installation de méthanisation :
– Se renseigner sur les gisements disponibles dans la région
– Evaluer les coûts d’une installation pour la payer au prix juste
– Réfléchir en amont à l’aménagement de l’installation
– Bien sécuriser ses flux
– Se former et se rapprocher de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France

Documentations utiles :
Montage de projet de méthanisation : recueil de recommandations et retour d’expériences par l’ADEME et la Région Rhône-Alpes
Méthanisation : préparer votre projet d’injection et votre demande de financement par Banque Populaire Grand Ouest, Grand Ouest Environnement, Groupe BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel ARKEA, GRDF et Unica Conseil.
La méthanisation en 10 questions par l’ADEME